Salon Boucles d’ébène en images

Chers nappyphiles et afronistas, j’ai participé au salon Boucles d’ébène, qui s’est tenu les 27 et 28 mai 2017 à la Cité des Sciences et de l’Industrie à Paris.

Hélas, je n’ai pu m’y rendre que le dernier jour, mais j’en ai pris plein les yeux. La preuve en images ci-dessous.

Le salon porte bien son nom : des boucles crépues, frisées ou bouclées, il y en avait de tous les côtés, comme l’ébène dans toutes ses nuances. C’était un joli tableau, d’autant que cela renforce l’estime de soi et développe l’acceptation de son identité. Des valeurs bien expliquées par les sœurs Tacite, à l’origine de ce grand show, dans leur discours de clôture. Un moment émouvant pendant lequel les sœurettes ont remercié leur équipe et fait monter sur la scène tous ceux qui ont donné bénévolement de leur temps pour la réussite de cet événement. J’ai retenu cette phrase de l’une des frangines : « Cette équipe est l’exemple vivant que les Noirs savent/peuvent travailler ensemble et bien !», avec en fond sonore la chanson La puissance, de MHD. Ambiance de fête folle !!!

Mais, je n’ai pas oublié l’objet de ma visite, j’ai rencontré quelques participantes qui ont accepté de témoigner pour le blog, vous découvrirez leurs portraits prochainement.

Merci à l’équipe du Salon Boucles d’ébène pour sa disponibilité et les 5 places que les lectrices du blog ont pu gagner. Rendez-vous dans deux ans avec grand plaisir !

 

Publicités

Semaine de l’Afrique de l’Unesco

Je ne savais pas, mais alors là, pas du tout, que l’Unesco célébrait tous les ans SA semaine de l’Afrique ! Organisé par le groupe des États membres africains, l’événement s’est déroulé du 22 au 24 mai dernier dans le Hall Ségur de l’organisation. Une belle découverte que je partage un peu tardivement avec vous, mais qui vaut le détour. Alors, gardez l’info dans un coin de votre tête : dans le cadre des semaines internationales, l’Unesco fête chaque année l’Afrique la dernière semaine du mois de mai. L’objectif de la manifestation : accroître la visibilité de l’Afrique à travers la mise en valeur de la diversité de son patrimoine culturel et artistique.

Ainsi, les visiteurs ont pu assister durant les 3 jours à des défilés de mode des stylistes Diana Magesa (Tanzanie) et Tatenda Sipula Bespoke (Afrique du Sud), le 22 mai, des contes de l’Afrique traditionnelle dits par Fouma Traoré (Burkina Faso) le 23 ou encore  des animations à destination des enfants (percussions, danse africaine, masques…) ainsi qu’un concert de Patricia Essong (Cameroun) le 24.

Cerise sur le gâteau, le chef congolais Dieuveil Malonga a concocté à sa sauce les mets des différents pays, afin de révisiter la gastronomie africaine. Pour mon plus grand plaisir ainsi que de celui de nombreux visiteurs qui se sont régalés (gratuitement) au buffet. Mon seul regret reste l’annulation de la table-ronde sur le rôle et les perspectives de la jeunesse africaine, qui a motivé ma présence…