Shirley : « Etre nappy, c’est être soi »

Shirley est une métisse franco-togolaise de 22 ans. Elle habite en région parisienne. Suite au portrait d’Ermelinda publié sur Facebook, elle décide de me contacter pour figurer dans ma rubrique Le coin des nappys. Voici son histoire capillaire, en texte et en vidéo.

« Je suis étudiante en Master Management Commercial en alternance. J’aime le sport, surtout la danse : c’est une véritable passion. J’ai récemment découvert le Djembel et j’adore ! Le créateur de cette danse est d’origine togolaise, tout comme moi.

Je n’ai pas toujours assumé mes cheveux bouclés. Déjà au collège, je les lissais ou les attachais. Depuis 4 ans, j’ai opté pour un retour au naturel. J’ai fait ce choix car de plus en plus de femmes assument leurs cheveux bouclés, cela m’a encouragée à me lancer. D’ailleurs, ma famille ainsi que mon petit ami me préfèrent les cheveux au naturel. Personnellement, je me sens mieux car, être nappy c’est aussi ça : être soi-même.

Ma routine consiste à laver mes cheveux avec un shampoing et un après-shampoing Arganicare à l’huile de coco. Ensuite, je les démêle lorsqu’ils sont mouillés en appliquant une crème de soin sans rinçage, adaptée aux cheveux bouclés. Enfin, je les laisse sécher à l’air libre et voilà. »

Si vous aussi, vous êtes « natural and happy » et que vous souhaitez raconter votre aventure capillaire, n’hésitez pas à me contacter afin de figurer dans les portraits de ma rubrique Le coin des nappys. Vous pouvez également découvrir toutes les photos de cette rubrique en vous abonnant à mon compte Instagram @chantal_baoutelman

Publicités

Alison : « Quand j’avais 11 ans, ma mère me défrisait les cheveux »

Alison a 21 ans. Cette Afropéenne d’origine antillaise habite Asnières-sur-Seine. Elle est conseillère en vente. 
Ses passions sont la culture japonaise et les voyages. Comme pour son amiee d’enfance Ermelinda, j’ai craqué sur ses tresses en voyant une de ses photos sur Instagram et lui ai proposé de la photographier. Elle a accepté et me raconte son aventure capillaire. Voici son histoire.
 
« Quand j’avais 11 ans, ma mère me défrisait les cheveux. Cela me les a cassés et j’en ai beaucoup perdu. J’ai alors décidé de revenir au naturel… Oui, le regard des gens a changé. Tous me préfèrent ainsi. Mon chéri trouve que « sans tissage ni mèche, je suis vraiment moi ». Moi aussi, je me trouve plus belle ! J’aime pouvoir changer de tête et passer, grâce aux coiffures protectrices, des cheveux longs aux cheveux bouclés pour revenir à un afro par exemple. »
 
« Pour moi, être nappy veut dire aimer et assumer ses cheveux crépus. Mais il est vrai que s’occuper de ses cheveux naturels n’est pas facile. Il faut être prêt pour se lancer dans le nappysme puisque le retour au naturel oblige à prendre soin de ses cheveux. Cela demande beaucoup de travail et de patience, pour maintenir ses cheveux en bonne santé, les faire pousser…»
 
« Pour ma part, j’ai opté pour une routine à base de produits naturels. En guise de shampoing, j’utilise uniquement du rhassoul (une poudre indienne) que je mélange à des huiles de chez Aroma Zone. J’aime beaucoup cette poudre indienne, qui lave les cheveux sans les agresser. En après shampoing et en crème de soin du matin quotidien, j’applique des produits de la marque « Shea Moisture ». »
Si vous aussi, vous êtes « natural and happy » et que vous souhaitez raconter votre aventure capillaire, n’hésitez pas à me contacter afin de figurer dans les portraits de ma rubrique Le coin des nappys. Vous pouvez également découvrir toutes les photos de cette rubrique en vous abonnant à mon compte Instagram @chantal_baoutelman