Remadji Lucie Tabe : « Etre nappy, c’est naturel »

Décidément, le Tchad est à l’honneur. Dans la famille Tabe, j’appelle Remadji Lucie, cadette d’Evelyne dont vous avez découvert le portrait il y a quelques jours. Remadji a 26 ans et vit dans le Loiret. Conseillère en vente, elle est également model. On l’appelle la Naomi Campbell de la famille, la preuve en images.

DSC02991

Remadji est naturellement passionnée de mode… et de sport. Elle accepte de participer au shooting et témoigne pour le blog. Voici son aventure capillaire.

La jeune femme a toujours alterné tresses et cheveux naturels pour s’arrêter sur ce dernier choix. En effet, depuis trois ans, elle porte ses cheveux naturels. Mais, elle ne se considère pas vraiment comme une nappy : « C’est un grand mot. Je me considère juste comme une femme africaine qui assume complètement la nature crépue de ses cheveux. » se défend-elle avec modestie.

Comment entretient-elle ses cheveux ? « Je fais des bains d’huile, des masques et surtout je bois beaucoup d’eau. On ne le répètera jamais assez mais l’hydratation est très importante pour nos cheveux. » insiste notre nappy du jour.

Pour Remadji, « être nappy, c’est assumer ses cheveux avec fierté, et donc assumer son identité. ».  « C’est simplement naturel. Je suis Africaine et fière de l’être, c’est une richesse. Il ne devrait pas y avoir autant de débat sur nos cheveux et nos tenues. D’ailleurs, on ne demande pas à un Européen pourquoi il s’habille à l’occidental. »  explique, celle qui est aussi amatrice de mode ethnique et n’hésite pas à porter des bijoux, foulards et tenues afro dont elle est une bonne ambassadrice.

Et ce, malgré les regards quelque peu inquisiteurs. « Le regard des gens a toujours été le même, que je porte des tresses ou des foulards. Mais, beaucoup sont curieux de savoir comment j’attache mon foulard, d’autres se demandent si je suis voilée. Mais cela m’importe peu, car c’est mon bien-être qui est ma priorité et non ce que pensent les autres. Et de toute façon, je tiens chaque jour à apporter une touche africaine à mes tenues. C’est ma pierre à la valorisation de notre culture. »

Si vous aussi, vous souhaitez raconter votre aventure capillaire, n’hésitez pas à me contacter afin de figurer dans les portraits du Coin des nappys. Si vous préférez, vous pouvez aussi me laisser un commentaire. Merci d’avance.

Publicités